Rôle des biomarqueurs circulants impliqués dans la prédiction de la réponse aux traitements, anti-angiogéniques et immunothérapie, dans le cancer du rein métastasique

Financement du projet de recherche
Financement : 50 000€
Echeance du projet de recherche
Échéance : 2020
Thème du projet de recherche
Thème : Facteurs prédictifs de réponse aux traitements dans les approches thérapeutiques
Statut du projet de recherche
Statut : En cours

De quoi s’agit-il?

Pour se développer, les tumeurs ont besoin d’oxygène et de nutriments, qui sont apportés par les vaisseaux sanguins. L’angiogenèse correspond à la formation de ces vaisseaux. Des traitements anti-cancéreux dits anti-angiogènes ont montré une bonne efficacité, notamment dans le cancer du rein. Mais parmi les patients qui répondent à ces traitements, une grande partie va développer une résistance. Il est donc n

écessaire d’identifier des marqueurs précoces de résistance ou d’échappement, d’autant que l’arrivée récente de l’immunothérapie, qui favorise les défenses immunitaires contre la tumeur, est une autre option thérapeutique.

 

Quel est l’objet du projet?

Les biomarqueurs circulants, quantifiables à partir d’une simple prise de sang, présentent l’avantage de pouvo

ir suivre fréquemment les patients sous traitement, contrairement aux analyses réalisées sur les biopsies de tumeurs. Nous avons récemment montré leur rôle prédictif chez des patients avec un cancer du rein métastatique traités par un anti-angiogène.

Dans l’essai clinique BIONIKK, une partie des patients atteints de cancer du rein sera traitée par des anti-angiogènes et l’autre par immunothérapie. Cette étude permettra d’évaluer si ces mêmes marqueurs ont rôle prédictif pour les patients traités par immunothérapie.

 

Dominique HELLEY 

Le Docteur Dominique HELLEY est professeur de médecine à l’université Paris Descartes.

Hématologiste de formation, elle travaille dans le service d’Hématologie biologique de l’hôpital européen Georges Pompidou et dans l’équipe de recherche intitulée « Immunothérapie et traitement anti-angiogénique en cancérologie » au sein du centre de recherche : PARis Centre de Recherche Cardiovasculaire (PARCC).

 

Ses travaux portent sur l’effet des antiangiogènes et de l’immunothérapie sur les cellules endothéliales tapissant l’intérieur des vaisseaux sanguins.


 
 

Tout savoir sur nos projets